Au bout d'un mois d'existence, le Collectif s'est solidement implanté sur Cugnaux.

Nous nous sommes fait connaitre par des communiqués de presse, des distributions de tracts dans les boites aux lettres et au marché, qui nous ont valu de très nombreuses adhésions.

Dès septembre, nous solliciterons les habitants des communes voisines, qui seraient tout aussi concernés que les Cugnalais si Francazal devait être converti en aéroport civil.

Parallèlement à la campagne d'adhésions, des courriers ont été adressés à tous les responsables : Préfet, Président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse, Maires de Cugnaux, Portet-sur-Garonne, Tournefeuille, Villeneuve-Tolosane, Plaisance du Touch, Frouzins, Président du Conseil Général et Président du Conseil Régional, et Députés des 6ème et 7ème circonscriptions, pour les informer de la position du collectif sur la reconversion du site : le refus du maintien en activité de la piste de Francazal.
De plus, dans la lettre adressée au Préfet, nous avons sollicité notre participation au « Comité de pilotage sur le devenir de Francazal ».

Le projet de faire de Francazal un aéroport annexe de Toulouse-Blagnac est à l'étude : le Collectif ne l'accepte pas et mobilisera toutes ses forces pour l'empêcher d'aboutir.

Ce projet est inacceptable car il équivaudrait à implanter un nouvel aéroport en milieu urbain, et, par conséquent, à soumettre une population de plus 30 000 riverains à d'insupportables pollutions sonores et atmosphériques engendrées par un trafic aérien en constante progression.

C'est pourquoi nous le refusons, mais nous savons que notre influence dépendra essentiellement du nombre de nos membres, sans égard pour la pertinence pourtant évidente de nos arguments. Aussi est-il indispensable de convaincre les indécis de nous rejoindre.

Le temps nous est compté : les premières conclusions de l'étude sur la faisabilité du transfert de l'aviation d'affaires seront transmises au Préfet dès le 22 septembre. Dès lors, les décisions pourront s'enchainer très rapidement, et notre avis ne vaudra que par le nombre de membres que nous aurons su rassembler à cette date là.

Une fois cette première menace écartée, avec l'abandon de ce projet inacceptable, le Collectif sera disponible pour prendre part à l'élaboration d'un projet pour Francazal, sur des positions adoptées en assemblée générale.