Publié le 23/06/2010 11:54 | J.B.

Tournefeuille. Francazal : « on veut avertir la population »

action

Les membres du
collectif ont participé à une distribution de tracts, hier, à
Tournefeuille./Photo DDM
Les membres du collectif ont participé à une distribution de
tracts, hier, à Tournefeuille./Photo DDM
Les membres du collectif ont participé à une distribution de tracts, hier, à Tournefeuille./Photo DDM

Surprise et intérêt pour les automobilistes au rond-point du Serment de Koufra ce mardi, entre 7 h 30 et 8 h. Plusieurs membres du collectif Francazal ont distribué plus de 1 500 tracts afin d'informer les populations riveraines de leurs interrogations concernant l'avenir de cette base aérienne. En effet, ils contestent la décision de l'État prise le 20 avril de transformer Francazal en aéroport dédié à l'aviation d'affaires. Pour Olivier Nicolas, membre du collectif, « notre action a pour but d'avertir la population de ce qui est en train de se passer. La décision a été prise sans concertation et les gens ne sont pas au courant. Le comité de pilotage n'a jamais fait appel à une participation citoyenne. » Une réunion publique a été organisée à Cugnaux le 1er juin avec Claude Raynal et Philippe Guérin, mais celle-ci ne semble pas avoir donné satisfaction au collectif qui déclare : « Cette réunion, organisée en catastrophe par les maires du canton de Tournefeuille, n'avait qu'un but : rassurer et donc démobiliser les membres du collectif, car nous étions le public visé par cette réunion. Sinon comment expliquer qu'elle n'a fait l'objet d'aucune publicité envers les populations concernées. Seul le collectif a été informé directement par téléphone, afin qu'il relaie l'information auprès de ses membres - ce que nous avons fait. Le message des maires a été le suivant : l'État a décidé d'installer l'aviation d'affaires à Francazal, il n'est pas sûr que ça soit viable, mais de toute façon, ce n'est pas inquiétant, ce sera beaucoup moins gênant que ce qu'on a connu par le passé. » Et là se situe un point de divergence : pour le collectif, qui craint l'augmentation des nuisances dans une zone aussi fortement urbanisée, « le bruit d'un Transall est inférieur à celui d'un Falcon ». Mais l'inquiétude va bien au-delà et Robert Espy la résume ainsi : « La logique de rentabilisation de ce futur espace aéroportuaire induit un empilement à venir des activités aéronautiques ».


Le collectif en action

Le Collectif Francazal, c'est plus de 1 000 adhérents et 3 500 signatures revendiquées en faveur de la pétition contre le maintien de la piste de Francazal. Le collectif a mené récemment d'autres actions : le 13 juin par une distribution de tracts au marché de Pinsaguel et le 22 juin par une distribution de tracts sur la voie publique, à Tournefeuille, Saint-Simon, Portet et Plaisance. Une grande manifestation est également prévue le samedi 25 septembre. Site internet : collectif-francazal.org