L’A400M à Francazal, comme un hommage

La Dépêche du Midi du 24/07/2010.

Publié le 24/07/2010 09:52 | Claire Lagadic

Saint-Simon. L’A400M à Francazal, comme un hommage

L'A400M s'est posé pour la première fois sur un terrain militaire hier à Francazal./ Photo DDM, C. L.

L'A400M s'est posé pour la première fois sur un terrain militaire hier à Francazal./ Photo DDM, C. L.
L’A400M s’est posé pour la première fois sur un terrain militaire hier à Francazal./ Photo DDM, C. L.

« C’est la première fois qu’un A400M se pose sur un terrain militaire. C’est comme un clin d’œil, un hommage tacite d’Airbus ». Le colonel Denis Le Meur, responsable de la base aérienne 101 de Francazal a accueilli avec émotion, hier, le futur bijou de transport tactique de l’armée de l’air. L’avionneur Airbus est en effet venu procéder, le temps d’une journée à des essais sur le très attendu A400M.

« L’armée de l’air et la défense en ont besoin, nous l’attendons avec grande impatience, a souligné le colonel. Les C160 et C130 vieillissent. » Les appareils de transports tactiques sont utilisés par les personnes qui vont au combat ou, par exemple, amener le fret au plus près des lignes de combat. « Ils peuvent voler à très basse altitude et se poser sur des terrains très courts pour, par exemple, extraire des gens en difficulté. La France a besoin de ces A400M pour avoir une défense à hauteur de ses ambitions et participer, sur la scène internationale, aux opérations de guerre, aux conflits ou à l’aide humanitaire comme à Haïti. »

Hier l’A400M dont la livraison est prévue d’ici 2013 a fait quelques essais sur les pistes de la base aérienne 101 dont la fermeture est programmée au 31 août. « Grâce à ces 50 appareils en 2013, on fera plus vite, on fera mieux qu’avec le C130. De fait, les flottes sont de moins en moins importantes et nous n’avons pas besoin d’autant de bases aériennes. » Ces essais, « c’est une belle transition, un moment plein d’espoirs ».


Fermeture le 31 août

Le colonel Denis Le Meur a dissous la base aérienne le 1er septembre 2009. Le 31 août il procédera, dans l’intimité, à la dissolution du détachement. La naissance officielle de la base date de 1934. Elle fut la première unité aérienne à recevoir son drapeau des mains du président de la République.

En savoir plus : « Francazal, histoire d’une base aérienne », sous la direction du colonel Denis Le Meur, éditions Privat.

3 commentaires “L’A400M à Francazal, comme un hommage”

  1. « C’est la première fois qu’un A400M se pose sur un terrain militaire. C’est comme un clin d’œil, un hommage tacite d’Airbus ». Cette déclaration, attribuée au colonel Le Meur qui commande le détachement de Francazal, est fausse.

    D’ailleurs l’intéressé ne l’ignore pas. Il a précisé sur OpexNews que l’A400M s’était déjà posé à Istres.

    C’est la première fois que l’A400M se pose sur la base aérienne de Francazal…. il s’est déjà posé sur une autre base, celle d’Istres.
    bien cordialement
    Cdt BA101

    Commentaire n°1 posté par Col LE MEUR le 26/07/2010 à 08h12

    Mais l’important n’est-il pas de valoriser Francazal pour rendre crédible l’option qui a été retenue, c’est-à-dire le maintien d’un champ de nuisances ?

    Objectif atteint ?

  2. bonjour,

    je me dis : étant donné qu’il faut commencer par dépolluer Francazal de toutes ses bombes de la Gerre 39-45 et de tous ses hydrocarbures et payer avant d’en faire quoi que ce soit, on se demande pourquoi çà n’a pas été fait par les militaires, pendant toutes ces années, par égard à la population qui vit sur toutes les communes de proximité immédiate, à la merci de ces dangers.

    Aussi, de LEURS projets pourris et un peu trop évasifs pour être honnêtes,

    ON N’EN VEUT PAS ! on n’en veut pas, on veut tout simplement LA FERMETURE DEFINITIVE de cet aérodromme !!!

    Faisons là des jardins familiaux  ou des terrains de maraîchers, pourquoi pas bio !

    Ce serait utiliser intelligemment et respectablement notre Terre qui n’en peut plus d’être bafouée !!!!!!

  3. Quand l’équipage d’un A400-M fait le cobaye

    Pour arriver à intégrer l’impact que l’A400-M produit sur les équipages aux niveaux physique et physiologique, une expérience très poussée est menée, où ils ont accepté d’en devenir les cobayes… Grâce à son importante autonomie de vol et son large…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *