Le bruit des essais de moteurs

Les essais moteur des avions, effectués librement sur le tarmac de l’aéroport de Francazal, soumettent les riverains à un bourdonnement sourd et lancinant pendant des heures.

A chaque réunion de la Commission Consultative de l’Environnement, les associations de riverains demandent qu’il soit remédié à cette nuisance.

Par ailleurs, dans le cadre de la consultation sur le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement, le Collectif Francazal a invité Toulouse Métropole à prendre en compte les points fixes réalisés à ciel ouvert sur l’aéroport de Francazal.

Lors de la dernière réunion de la Commission Consultative de l’Environnement, l’exploitant a assuré qu’il étudiait la possibilité d’édifier un merlon pour atténuer le bruit des essais, tout en reconnaissant que cela risquait de ne pas être très efficace.

Des solutions plus performantes existent : elles consistent à piéger le bruit à sa source dans une aire de points fixes, comme c’est le cas sur l’aéroport de Blagnac.

Mais dans un premier temps, il faut que la nuisance soit identifiée et quantifiée, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Aussi, à la demande des associations, les opérations de points fixes, seront intégrées aux statistiques du trafic établies et publiées mensuellement par l’exploitant de l’aéroport.

De plus, nous avons attiré l’attention de Toulouse Métropole sur la question des essais moteurs qui semblait avoir été ignorée dans la phase de diagnostic du Plan de Prévention du Bruit dans l’environnement, en produisant l’observation suivante :

Diagnostic de l’environnement sonore et plan d’actions

Dans le cadre de la consultation sur le plan de la prévention du bruit dans l’environnement, le Collectif Francazal souhaite attirer l’attention sur le fait que les modélisations qui ont conduit à la cartographie de l’environnement sonore, support de l’étude, ne prennent pas en compte une des nuisances importantes due à l’aéroport de Francazal qui consiste aux essais moteurs effectués sur le tarmac de Francazal.
La cartographie proposée s’appuie visiblement sur le PEB qui a été établi avant la fermeture de la base aérienne et qui ne tenait pas compte des activités aéro industrielles installées depuis la reconversion de Francazal en aéroport.
Une des suggestions pour affiner le diagnostic pourrait être la mise en place de capteurs de bruit disposés dans les zones habitées à proximité de la piste et sur une période assez longue.
Le Collectif demande que le problème relatif aux essais moteurs soit étudié et retranscrit sur les documents de l’étude pour faire l’objet de propositions d’actions correctives.

Nous invitons tous les riverains concernés à produire leurs observations dans le cadre de la consultation ouverte jusqu’au 14 janvier 2017.

Accès au site de Toulouse Métropole : [cliquer ici]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *