Le pari de l’aviation d’affaires à Francazal

C’est le titre de l’article publié dans la Dépêche du Midi du 23/02/2015.

L’article ne précise pas s’il s’agit d’un pari stupide. Nous avons des raisons de penser qu’il l’est.

AffairesFrancazal.jpg

L’aticle de la Dépêche du Midi peut être consulté sur le site du quotidien : [Le pari de l’aviation d’affaires à Francazal]

On peut y lire :

« La société Flight Level Business veut développer l’utilisation des avions d’affaire en fonction des besoins du client. De quoi réactiver l’activité sur la base de Francazal.

[…]

Premier acteur de l’aviation d’affaires à Francazal, FLB compte enclencher le mouvement pour de bon. Elle ne sera pas seule. La société d’exploitation de Francazal s’oriente précisément vers l’expansion de l’activité économique de cette zone à fort potentiel. L’abandon du projet de studios de cinéma en décembre 2012 n’a jamais signé l’arrêt définitif du site. Au contraire, en investissant à hauteur de 10 millions d’euros en cinq ans, l’État souhaite relancer durablement l’activité. Il mise surtout sur la complémentarité entre trois secteurs présents sur place : l’activité militaire, la maintenance et l’aviation d’affaires. »

Miser aujourdhui sur l’aviation d’affaires à Francazal est aussi pertinent que ne l’était hier le pari sur l’implantation des studios de cinéma.
Entre 2008 et 2014, le nombre de vols de l’aviation d’affaires a été divisé par deux à Blagnac (de 4152 à 2570 mouvements). Et à Francazal, on est passé de 28 mouvements en 2013 à 124 en 2014 : pas de quoi justifier le maintien d’un aéroport prétendument dédié à l’aviation d’affaires !

En revanche, on constate une augmentation significative du trafic de loisir : est-ce la vocation cachée de Francazal ?

Au vu des statisques de Francazal, ne serait-il pas opportun de reconsidérer l’avenir du site ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *